Mercenaires du Kenya en Haiti: un desastre bien planifié

Haiti: Jean Chrétien putschiste impérialiste comme ses cousins George Bush et Jacques Chirac
December 23, 2023

Mercenaires du Kenya en Haiti: un desastre bien planifié

La même semaine que les premiers Kenyans armés et en uniforme de combat débarquaient à Port-au-Prince, une vingtaine de manifestants tombaient sous les balles assassines de leurs confrères à Nairobi et autres villes du Kenya. La Génération Z est en rébellion ouverte contre William Ruto, décrié comme president marionette agissant à la solde des blancs malveillants – les mêmes qui contrôlent Haiti depuis 2004, soit les États-unis, le Canada et alliés réunis en Core Group neocolonial.

Beaucoup d’encre a déjà coulé pour exposer les tares de cette mission illégale, non-Onusienne concoctée de force, malgré les objections de la justice Kenyane et de la société haïtienne. On peut affirmer, sans ambage, que rien n’a été négligé pour faire de cette mission un énorme catastrophe au point de vue humanitaire. Les mercenaires étrangers de la MMSA ne seraient point assujettis aux lois haïtiennes. Vols, viols, meurtres et autres exactions sur une population sans défense sont déjà autant prévisibles qu’ils soient craints. Voyez cette note alarmante envoyée par Jim India, du Kenya au peuple d’Haiti https://www.thenewhumanitarian.org/opinion/2024/06/27/dear-haiti-our-kenyan-police-are-problem

La présente note sert à amplifier les multiples sonnettes d’alarme qui dénoncent la MMSA et, particulièrement, le role cynique qu’y jouent certains acteurs canadiens. Voyez l’annonce en grande pompe de millions de dollars que le Canada dit dévouer à la MSSA.

Que les griots prennent note que, dès les premiers jours, au contraire des moqueurs, nous, gens honnêtes, en Haiti et au Canada, avions élever la voix contre la manigance canadienne qui consiste à financer violeurs et victimes éventuelles d’exactions qui, en tout point, seraient évitables.

Nous n’élaborerons point ici les éléments qui auraient permis de renverser la situation désastreuse que vit le peuple haïtien depuis l’Initiative d’Ottawa sur Haiti. Vous pouvez consulter nos autres publications qui traitent de l’origine de la crise actuelle et des solutions pratiques que nous proposons pour la résoudre de manière efficace et définitive.

Dans cette courte note, il suffit de souligner comment, dors et déjà, d’importants signes indiquent que les “blancs malveillants” ont décidé de maintenir le cap avec leur stratégie cynique du double jeux. Ils appuient le régime des criminels du Parti haïtien tèt kale (PHTK), tout en donnant l’impression que ces derniers ne leur sont plus alliés. Par exemple, tandis qu’ils dialoguent avec le terroriste Jimmy Chérizier que les mercenaires Kenyans sont supposément venus combattre, des pasteurs magouilleurs organisent sessions de “prière” avec Mme Ruto et Jimmy Chérizier, le terroriste recherché comme l’oiseau imprenable des bandes dessinées animées de Warners Bros, “Coyote vs ACME“.

Depuis le 5 décembre 2022 lorsque les trois premiers “redoutables seigneurs de guerre blancs” apparurent sur la liste de prétendues sanctions canadiennes, les suites attendues furent aussi invisibles que le sont Gilbert Bigio, Sheriff Abdalah et Reynold Deeb. Mais tout indique que l’ossature du régime mafieux PHTK demeure bien protégée au sein du gouvernement dit de transition que le Core Group installa. Ce gouvernement est nominalement dirigé par un Premier Ministre PHTK recyclé, Garry Conille, tandis que le rôle de Président est assigné au Conseil présidentiel de transition de 7 membres votants et 2 non-votants, jouissants de titres et privilèges (ce que les Haïtiens ont vite baptisé bête à 7 têtes, 2 cornes). Don son côté, le PM recyclé et parachuté des USA, Garry Conille, teint à ramener à ses côtés anciens ministres et sénateurs PHTK dont le pakapala Nesmy Manigat, et Hervé Fourcand. Oui, le même Hervé Fourcand qui figure sur la liste des soi-disants sanctionnés par le Canada et les USA. Ouais, double jeux, tout tan!

Alors, seras-tu surpris lorsque les premiers rapports confirmeront qu’au lieu de combattre les terroristes (gangs) du PHTK, messieurs les mercenaires Kenyans auraient suivi les traces de leurs prédecesseurs Bréziliens, Argentains, Jordaniens, Canadiens, Etatsuniens, Francais… de la MINUSTAH pour violer en TOUTE IMPUNITÉ garçons et filles, hommes et femmes d’Haiti?

Que les complices Haitiens se le tiennent pour dit, kreyon listwa pa gen gòm. En effet, les griots prennent bonne note des attitudes affichées face aux envahisseurs noirs et blancs!

Que cette humble note soit utile à tout lecteur/ toute lectrice!



Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *